Le jour d’après…..

2 mars 2021

Au commencement

Penser « au jour d’après » est-il utopique ? Est-ce complétement inapproprié d’y croire, de l’anticiper ou simplement de l’envisager face à cette guerre que nous n’avons pas demandée, ni vue venir, et qui nous a pourtant mis à l’arrêt dès le mois de mars 2020 ?

Non c’est loin d’être utopique car il nous faut le préparer et pour les Traiteurs de France, la résilience s’est mise en marche dès mars dernier ! Cela fait déjà un an que nous tentons de faire face en nous adaptant, en innovant ou nous réinventant …

« La résilience, c’est l’art de naviguer dans les torrents » disait Boris Cyrulnik, spécialiste du phénomène sur un plan personnel et économique … Et bien nous y sommes ! Nous sommes en résilience organisationnelle. « L’évolution ne connait pas la marche arrière et il nous faut donc rester acteur pour diminuer l’impact de la blessure ». Voilà le torrent dans lequel Les Traiteurs de France évoluent désormais.

Etat des lieux

Pour bâtir le « jour d’après », pour initier le redémarrage, il nous faut faire le bilan de cette année de guerre. La secousse tellurique globale et soudaine qui a dévasté au fil des mois notre secteur a généré une chute libre du chiffre d’affaires de plus de 80% et un chômage partiel de masse dans une activité habituée à la pleine croissance. Notre métier vecteur de lien humain et créateur d’émotions s’est retrouvé à l’arrêt, cristallisé dans le néant.

Aujourd’hui

Et pourtant… Les Traiteurs de France se sont mis très vite en ordre de marche, dès le début mars, en alertant les autorités des difficultés qui s’annonçaient, en réfléchissant en groupes de travail sur des thématiques métier, en écrivant des protocoles sanitaires au fur et à mesure des annonces. Nous avons réuni la filière événementielle, travaillé conjointement avec les Traiteurs événementiels de Paris, unis nos forces et étudié nos faiblesses. Nous avons continué de soutenir nos intermittents, avons accompagné nos syndicats professionnels dans leurs actions. Depuis mars 2020, nous n’avons eu de cesse de réinventer notre métier pour lui rendre ses lettres de noblesse.

La solidarité n’a jamais failli, nous en avons même fait un devoir et cela dès le début. Tous nos produits ont été travaillés en plateaux repas et en coffret, afin de donner un peu d’émotions gourmandes à nos soignants en première ligne.

Pourtant, force est de constater que cette guerre à « armistices multiples » fête désormais son premier anniversaire. Et nous sommes encore meurtris. Mais après un KO, un nouvel ordre apparaît et un nouvel équilibre se met en place, ouvrant ainsi d’autres voies. Ce nouveau paradigme civilisationnel devra bien sûr tenir compte des conditions d’émergence de la catastrophe.

Demain

Et c’est bien là tout notre combat : évoluer avec tout l’écosystème humain qui nous entoure au quotidien, fusse-t-il différent. A nous de nous servir de nos valeurs et savoir-faire comme d’un tremplin, d’encourager les compétences, d’évoluer, de changer, de combattre, de se former encore et toujours.

« Le jour d’après » devra aussi tenir compte de ceux qui sont restés au bord de la route et à qui nous devrons tendre la main dès la reprise : par une écoute attentive, par de la formation, de la reconnaissance, afin de recréer avec eux les traiteurs de demain…

Mettre l’humain et ses compétences au cœur du système est définitivement la première cartouche de notre « plan de relance » ! Allumons cette étincelle indispensable au décollage d’une nouvelle fusée nommée « Persévérance ».

En tant qu’acteur territorial, la crise nous a aussi enraciné dans notre rôle d’ambassadeur des produits du terroir. Nous devons plus que jamais valoriser l’économie circulaire, imaginer des opportunités, des nouvelles rencontres, se rapprocher, s’entraider. Nous avons un rôle majeur à jouer dans la reprise de l’économie locale, co-construite avec nos producteurs et nos artisans en région.  Cela donne du sens à notre mission.

Enfin, et plus que jamais, la relation client est au premier plan. La convivialité est un mets que nous avons – toujours et encore plus – envie de cuisiner avec panache. Bienveillance, empathie sont les clés de la relation client future. Donnons du goût aux émotions et revenons à l’essentiel en toute simplicité.

Cette tribune « Le jour d’après » fait suite à « Demain ne meurt jamais » … de la fiction à la réalité ! C’est désormais le leitmotiv de toute une profession dont l’ADN n’est autre que de créer du lien et des émotions, par sa passion, sa créativité, ses acteurs et l’excellence d’un scénario parfaitement orchestré.

Le jour d’après, c’est maintenant !

Alain Marcotullio

Président des Traiteurs de France