Communique de presse des Traiteurs de France

28 septembre 2020

Suite aux dernières annonces du gouvernement, la profession des Traiteurs Organisateurs de réceptions passe de la zone d’«ALERTE MAXIMALE » à l’ « ETAT D’URGENCE »… ECONOMIQUE !!

L’association Les Traiteurs de France, qui regroupe les leaders nationaux du secteur du Traiteur Événementiel (soit 37 entreprises qui emploient plus de 1500 salariés) alerte aujourd’hui les pouvoirs publics sur les impacts économiques désastreux liés aux annulations en chaîne que la profession subit encore aujourd’hui. Depuis le début de cette pandémie mondiale, l’ensemble des professionnels du secteur a redoublé d’efforts et de créativité pour se réinventer et sauver leur activité. Ils ont imaginé de nouveaux modèles des réceptions et mis en place des procédures permettant de respecter scrupuleusement toutes les normes sanitaires. Ils escomptaient une reprise pour la rentrée, mais les dernières annonces du gouvernement marquent un nouveau coup de frein dont beaucoup ne se relèveront pas.

Déjà sévèrement touché, le secteur des métiers de l’événementiel reçoit aujourd’hui un nouveau coup de massue

Dans le contexte actuel de crise sanitaire liée au corona virus, les annulations en chaîne des rassemblements sanctionnent très lourdement la profession depuis le mois de mars dernier.

L’association Les Traiteurs de France enregistre depuis le début de la crise sanitaire des pertes de chiffres massives pour l’ensemble de ses 37 adhérents et prévoit plus de 126 millions de pertes de chiffre d’affaires cumulées à fin décembre 2020, soit une baisse de 77% par rapport aux résultats réalisés fin 2019.

 

Depuis le 11 mai dernier, seulement 2 000 réceptions ont été réalisées par l’ensemble du réseau des Traiteurs de France, dans le strict respect du protocole sanitaire Événementiel, alors qu’en période d’activité normale, ce sont plus de 10 000 réceptions qui sont réalisées !

 

 

Les dernières annonces du gouvernement sèment encore la confusion et déclenchent de nouvelles annulations en cascade

 

Tous les professionnels du secteur ont redoublé d’énergie pour développer de nouveaux modèles réceptifs afin de répondre aux exigences sanitaires. Bon nombre d’entre eux se sont adaptés en un temps record et ont proposé des idées innovantes et créatives pour imaginer les réceptions d’aujourd’hui et de demain dans le plus strict respect des normes sanitaires.

Tout a été pensé pour limiter les contacts et la propagation tout en préservant la convivialité. Cela va bien au-delà du port du masque systématique, de la présence des gels hydro-alcooliques dans toutes les réceptions, du port de gants pour les cuisiniers et les serveurs, et des autres mesures imposées qui sont considérées par les professionnels comme le minimum requis pour assurer le maximum de sécurité à leurs clients, mais également à leur personnel.

La majeure partie d’entre eux ont eu recours aux aides et mesures d’accompagnement proposées par l’Etat et ont mis en place le chômage partiel pour leurs salariés. Certains se sont regroupés pour assigner les compagnies d’assurance afin d’obtenir des indemnisations pour compenser les pertes financières d’exploitation liées à la suspension de leur activité.

Ils ont tous fait front avec courage car la perspective d’un redémarrage de l’activité en septembre leur permettait de garder espoir pour eux, pour leurs équipes mais également pour tous les intervenants de cette filière événementielle qui se voient, eux aussi, lourdement pénalisés. Il convient également de porter une attention toute particulière à la situation d’extrême précarité dans laquelle se retrouvent les extras de la restauration événementielle (maîtres d’hôtel, cuisiniers, responsables d’office…). Ils doivent également être considérés par le Ministère du Travail. Ces effets domino mettent en péril tout un secteur.

Les annonces restrictives de la semaine dernière tuent l’espoir d’une possible reprise. L’heure n’est plus à l’optimisme mais à l’urgence de sauver tout un pan de l’économie française.

« Nous sommes des acteurs responsables et avons participé, dès le mois de mai dernier, à la mise en place des protocoles sanitaires les plus stricts pour nous adapter au plus vite à ce contexte de crise sanitaire. Aujourd’hui, nous demandons le droit de pouvoir exercer notre profession au même titre que d’autres acteurs économiques. Sans cela, bon nombre d’entre nous ne se relèveront pas ! » précise Alain Marcotullio, Président de l’association Les Traiteurs de France.

 

Au nom d’une profession, l’association Les Traiteurs de France demande de l’aide et une clarification de la situation par le gouvernement

Les Traiteurs de France (répertoriés sous le code APE 5621Z), alertent, au nom de toute la filière événementielle, et une nouvelle fois, les pouvoirs publics afin de mettre en place les mesures d’urgence, déjà présentées à maintes reprises, pour enrayer au plus vite les répercussions économiques et sociales qui se font déjà lourdement sentir.

« Tous les acteurs de la filière événementielle se mobilisent aujourd’hui pour sauver leur profession et demandent aux pouvoirs publics de mettre en place, sans plus attendre, un plan de sauvegarde massif. Au final, un pan entier de l’économie est mis à terre alors qu’il n’existe pas plus de risque d’organiser une réception, dans le strict respect des règles sanitaires, que d’aller faire ses courses dans un supermarché pour lequel aucune jauge n’est mise en place. Les décisionnaires devront inévitablement répondre de l’incohérence dont ils font preuve dans leurs choix. » déclare Alain Marcotullio, Président de l’association Les Traiteurs de France.

Alain Marcotullio – Président des Traiteurs de France

 

 

 

A propos du réseau Les Traiteurs de France :

Seul réseau national de 37 traiteurs organisateurs de réceptions indépendants haut de gamme, créé en 1996. L’association Les Traiteurs de France, c’est aussi 204 millions de chiffre d’affaires annuel, plus de 32 000 réceptions organisées par an, plus de 4 millions de couverts servis et 1 500 collaborateurs. Signataires du Pacte de Lutte contre le gaspillage alimentaire en 2015, les Traiteurs de France ont entamé depuis, la redistribution des surplus alimentaires et ce, sur le plan national. Cette démarche entre dans le cadre de la certification ISO 20121.

 

Contacts Service de Presse :

Agence SBC : Yglinga Benoît-Joubert

01 43 41 08 51 / 06 63 70 61 69

yglinga@sbc-groupe.com